1,2,3, Furets
Il était une fois...

14 avril 2014, par S De Carvalho

On n’en fait pas une maladie…

… Et ce n’est pas Typhus qui va nous contredire ! Typhus a été trouvé non identifié et errant dans le 93. Il a été sauvé in extremis par une famille d’accueil qui l’a sorti de fourrière juste à temps… Pour la petite histoire, on l’a appelé Typhus car il y avait une épidémie dans la chatterie de la fourrière. Son histoire est si incroyable que son adoptante a accepté de témoigner.

Tout commence le vendredi 31 janvier. Mon furet Barney était malade et nous sommes donc partis chez le vétérinaire. J’attends dans la salle d’attente, et là je vois une femme qui sort de consultation avec plusieurs furets dans leurs cages de transport respectives.

Moi, fan de furet, je fais ma curieuse et regarde un peu les loustics. Et là je vois un magnifique albinos (je précise, je ne suis pas albinos du touuuuutttt, mais celui-ci était juste magnifique !).

Je discute un peu avec cette femme très sympa. Je me rappelle très bien du sujet de conversation qui était sur les yeux des albinos, du fait que j’avais remarqué que Typhus n’avait pas vraiment les yeux rouges, ils étaient roses.

Comment Typhus a rencontré sa famille

Le soir, mon compagnon rentre à la maison et j’essaie de lui expliquer cette rencontre avec cette femme et ce furet. Mais lui n’y prête pas plus attention que ça ! Mais ce furet continue d’occuper mes pensées. Du coup, je décide d’en parler à une amie, bénévole dans la protection animale, qui me dit qu’il y a un furet albinos a l’adoption dans le 94 avec l’association DES FURETS DES HISTOIRES.

Typhus alias Titi
comment ça c’est pas beau les albis ?!

Après un petit moment de réflexion je me décide à appeler l’association. On me donne les coordonnées de sa famille d’accueil.

Elle me dit que Typhus n’est pas encore prêt pour une rencontre car ils sort de gastrite et ses hormones ne sont pas retombées après la pose de l’implant.

Et plus je parle à cette famille d’accueil, plus je me dis que je connais cette voix. Je lui ai donc demandé s’il ne s’était pas fait implanté le 31 janvier.

Surprise ! Ce petit albinos à adopter était celui que j’avais croisé chez le vétérinaire et qui m’avait fait craquer !

Nous étions deux familles à vouloir adopter Typhus. C’est lui qui a choisi sa famille. Le jour de la première rencontre officielle chez sa FA, je n’ai pas hésité une minute à le prendre. Et là, le coup de foudre encore ! On a joué pendant 2 heures non-stop et il nous a fait des bisous.  Il s’est même endormi sur l’épaule de mon conjoint.

C’est pourquoi, une semaine plus tard, Typhus a été amené à la maison pour tester ses ententes avec les animaux de la maison. Tout d’abord, mes deux chats. Rien à dire, Typhus trouve ça drôle de jouer avec et les chats commencent à avoir l’habitude des furets.

Puis on a sorti Barney, mon mâle. Et là… à ma grande surprise, ils se sont entendus dès la première seconde ! Est venu le tour de ma furette Kina, qui chouine avec n’importe quel animal de la maison.

Il lui aura fallu trois secondes pour adopter Typhus à son tour. Titi et Barney sont devenus inséparables, à tel point que Barney pleure et que Titi cherche partout. Plus rien ne pourra jamais les séparer ! Nous avons aujourd’hui un magnifique trio !

Nadège, adoptante de Typhus

Depuis, Typhus coule des jours heureux en entraînant sa petit meute dans toutes les bêtises possibles et imaginables. Et le travail de la famille d’accueil de Typhus a convaincu Nadège de l’importance de mettre à l’abri les loulous abandonnés et de devenir famille d’accueil à son tour pour les furets qui n’ont pas encore eu de chance.
Barney, Kina et Typhus, les inséparables
Si vous aussi vous souhaitez nous faire partager l’histoire d’un furet abandonné ou adopté qui vous a marqué, touché, ou amusé, n’hésitez pas à nous contacter. Nous raconterons votre histoire (en préservant, ou pas, votre anonymat selon vos souhaits).

Les articles qui pourraient vous intéresser